Land Art et Art Urbain

Horizon 2016

Horizons 1200 dpi — Francesca Bonesio et Nicolas Guiraud

Au col de la Geneste, cette œuvre qui fait référence au monde de l’image numérique et de sa reproduction, émerge tout doucement dans la brume.
Normalement, d’après son orientation, on aurait dû apercevoir le Puy de Paillaret avec une définition de 1200 dpi à travers cette œuvre.

Tentative d’évasion — Vincent Chevillon

Il faut monter au sommet du Puy de Perthuizat qui offre un superbe panorama sur le Sancy pour pouvoir admirer cette tentative d’évasion, illustrer par cette structure d’un bateau échoué au sommet de cette montagne.

Panorama — Elodie Boutry

En bordure du plateau du Cézallier, près du sommet de Roche-Nité qui domine la vallée de Valbeleix, on croise cet OVNI multicolore.
La conception de cette œuvre aux couleurs saturées prend place dans le paysage et offre à ces admirateurs, des panoramas plus intimistes quand on pénètre dans l’œuvre.
Elody Boutry guide les visiteurs vers ses panoramas à elle !

Reliefs — Clara Gallet et Guillaume Dronne

Au col situé entre les sommets du Capucin et du Puy de Cliergue, après une petite montée d’environ d’1/2 heure, on découvre cette œuvre qui répond aux formes du paysage.
Clara Gallet et Guillaume Dronne ont réalisé cette œuvre qui reprend globalement la forme du massif du Sancy. Ainsi, on peut pour une fois tourner facilement autour du plus haut sommet d’Auvergne sans prendre les airs.

Nil Novi Sub Sole — Quentin Hatry et Julien Boucq

Cette œuvre prend encore une fois place dans un site remarquable. Au sommet du Pic Saint-Pierre, au-dessus du village de Saint-Pierre-Colamine, juste à côté de la vieille chapelle, Quentin Hatry et Julien Boucq ont imaginé cette structure comme un prolongement de la chapelle.
Cette œuvre incite à s’arrêter, s’assoir à l’intérieur pour profiter de ce beau point de vue à 360°.

Sustainable Cinéma NO.6 : Lenticular Waterwheels (for Bonnet) — Derwin Scott Hessels

Dans le ruisseau de Clamouze, Derwin Scott Hessels a imaginé cette installation qui fait référence au cinéma mais aussi à la photographie à travers ces gigantesques pellicules qui tournent comme des moulins.
Œuvre intrigante et surprenante, sa découverte et son apparition soudaine dans le ruisseau de Clamouze est superbe même si les caprices de la météo et du ruisseau ont bien compliqué son installation.

The Rhythm of Wind — Guljajeva Varvara et Canet Sola

Idée intéressante pour cette œuvre mais sa forme la confond presque naturellement avec les autres éoliennes des estives situées près de Beaune-le-Froid. On pourrait presque la rater si elle n’émettait pas des sons au gré de la force du vent.

Les trois dernières séries

Lieux incertains, terres oubliées

Lieux incertains Entre ciel et terre Plaine et montagne Granit et basalte Permanence et oubli
Traces révélées ou (...)

Une année dans la vigne

Tu goûtes dans un seul verre le concentré d’une saison écoulée. Une année dans la vigne c’est un exercice spirituel (...)

Paysages Accueillants

Au fil de mes balades, j’ai décidé de regrouper dans cette série intitulée “Paysages accueillants” des photos noirs et (...)